Félix Cormier-Boucher : sur la route des Jeux olympiques !

André Corbeij

SAINT-MATHIAS-SUR-RICHELIEU – Mine de rien, Félix Cormier-Boucher poursuit sa longue marche dans l’antichambre des sports olympiques. Bien qu’il fait carrière dans un sport d’hiver (le saut à ski), c’est 12 mois par an qu’il le pratique. Pas le choix, lorsqu’on vise une participation aux Jeux olympiques. Dans son cas ce sera ceux de Beijing, en Chine, en 2022.

Le 25 août, Félix réalisait un bel exploit au Centre national Yves-Laroche à Québec, lors de la compétition Next Gen, qui réunissait plusieurs pointures internationales en saut à ski, notamment le détenteur du Globe de cristal dans la discipline (Coupe du monde) et un médaillé d’argent à Pyeongchang.

Le Mathiasois s’est retrouvé sur le même podium au terme d’une épreuve relevée qui a mis aux prises des athlètes de Russie, du Japon, de l’Australie, des États-Unis et du Canada. La compétition internationale de Québec s’est exécutée sur une rampe en bas de laquelle les skieurs atterrissent dans l’eau !

«Sauter avec les plus grands de la planète, ça augmente son niveau de compétitivité. Voilà 4 ans, dans une compétition similaire, je terminais au 12e rang, même avec une note parfaite. Maintenant, c’est ma première année que je réalise trois nouveaux sauts avec un plus haut niveau de difficulté. Ça me rapproche des meilleurs», explique Félix.

Pour l’heure, l’athlète de 21 ans peaufine de nouveaux sauts en vue de la saison hivernale qui prendra son envol en novembre à Ruka, en Finlande.

«L’été pour moi c’est l’occasion de faire du millage avec mes nouveaux sauts, en préparation de la prochaine saison. Physiquement, je dois encore faire du travail pour me renforcer. Les autres années, je devais guérir de petites blessures. Cette année, la forme est-là. Aux tests physiques, je suis en mesure d’élever encore plus la barre et faire davantage de sauts. C’est l’une des raisons qui expliquent mes bonnes performances cet été», explique Félix.

Le plan d’hiver de Félix sera de se concentrer sur l’amélioration des sauts. «Faire du millage sur la neige»,  comme il le dit si bien.

«Nous n’allons pas précipiter les choses. Nous allons prendre le temps de nous habituer à toutes les conditions et d’avoir les bonnes réactions dans les airs pour me donner les meilleures chances d’atterrir en bonne position. Le plan cette saison est d’exécuter les nouveaux sauts sur la neige, ceux que j’ai pratiqué cet été entre autres celui avec mes deux triples rotations et trois vrilles».

Pour la prochaine saison, on verra Félix à l’international, notamment à Lake Placid, aux États-Unis. Les Jeux olympiques de 2002 demeurent son ultime objectif.

«2022 est la cible. J’ai eu la chance d’aller skier en Chine l’année dernière. Le site n’était pas encore tout à fait achevé. J’avais vu une maquette où l’on voyait plusieurs hôtels à construire dans le secteur du saut à ski. On parlait d’y construire un téléphérique. C’était impressionnant. J’ai vraiment hâte d’y retourner pour voir où ils sont rendus. Ça va être énorme. On va pouvoir tester les installations deux ans avant la présentation des jeux. J’ai vraiment hâte», conclut Félix, qui aura 25 ans lors des prochains Jeux olympiques d’hiver.

Photographies : Gracieuseté Félix Cormier-Boucher