HORTENSIUS BÉÏQUE, organisateur en chef du parti L’Union Nationale en 1937

  Paul-Henri Hudon

HISTOIRE – HORTENSIUS BÉÏQUE (1890-1951), fils d’Arthur Béïque et d’Elmire Boulais, est le neveu du sénateur Liguori Béïque. Né à Marieville, le 29 septembre 1889, Hortensius épouse Catherine (Katie) Champagne (1891-1984) à Chambly, le 29 septembre 1913. Courtier en valeurs mobilières, il est décédé à Chambly, le 15 août 1951. Son monument funéraire se trouve au cimetière de la paroisse Notre-Dame-de-Bon-Secours à Richelieu, à gauche du calvaire.

M. Béïque a été élu maire de la municipalité de Chambly-Bassin de 1929 jusqu’en 1948. Soit près de vingt ans. Il fut souvent réélu sans opposition, comme en fait foi cet article de journal : Il a été réélu maire pour un 6e terme par acclamation. (Le Richelieu, 13 juillet 1939). Il s’est aussi dévoué comme préfet du comté et marguillier à la paroisse Saint-Joseph-de-Chambly du 28 décembre 1947 au 2 août 1948. Sous son règne, l’Oeuvre de Loisirs avait pris son essor, et le pavillon Saint-Joseph de l’actuelle école De Bourgogne fut construit en 1947.

Il sera député conservateur de 1931 à 1935 à l’Assemblée législative du Québec et député sous la bannière du parti l’Union Nationale de 1936 à 1939. Le journal Le Richelieu annonçait en janvier 1938 que Hortensius Béïque vient d’être nommé organisateur en chef pour l’Union Nationale dans la région de Montréal. L’article de Le Petit Journal précise qu’on fêtera cette nomination en présence de l’Honorable Maurice Duplessis par un banquet au collège de Longueuil.

«Le conseil municipal de Chambly-Bassin, lors de sa séance du 5 avril, a protesté à la demande de la Fédération des Ligues du Sacré Coeur auprès des autorités fédérales et provinciales pour prohiber le travail de nuit des femmes dans les usines, interdire tout travail à l’usine des femmes mariées ayant des enfants de moins de 16 ans, limiter  la journée de travail à huit heures et la semaine à 40 heures . Roméo Perrault, secrétaire-trésorier. (Le Richelieu, 15 avril 1943).»

«La municipalité de Chambly-Bassin vient d’élire trois nouveaux conseillers : Ont été élus par acclamation : M. Émile Robert, pour un troisième terme; M. Joseph Léveillé pour un premier terme; Il y eut élection entre M. J. Wilfrid Pilon, c.c. et M. Stanislas Darche, entrepreneur de pompes funèbres. M. Pilon a eu une majorité de 25 voix; c’est son quatrième terme. Voici comment se compose le conseil municipal : Son Honneur le maire, M. H. Béïque. Conseillers : Émile Robert, Joseph Léveillé, Wilfrid Pilon, Zotique Giard, Oscar Viau et Wilfrid Maheu.  (Le Richelieu, 25 juillet 1940).»

«Hortensius Béïque est réélu maire de Chambly-Bassin par acclamation. C’est son 5e mandat. Aussi élus par acclamation : Zotique Giard, siège no 2; Oscar Viau, siège no 3; Wilfrid Maheu, siège no 4. Il y a aussi René Delorme, Georges Robert et Émile Bolduc. (Le Richelieu, 15 juillet 1943).  Roméo Perrault, secrétaire-trésorier, agissait comme président d’élection.»

Les photos proviennent des archives de la Société d’histoire de la seigneurie de Chambly. On voit la résidence du député Béïque au 1488, avenue Bourgogne.