La rivière L’Acadie, autrefois la Petite rivière de Montréal

Paul-Henri Hudon

HISTOIRE – Ce cours d’eau n’a rien à voir avec Montréal. Il prend sa source dans la région de Napierville, traverse la baronnie de Longueuil et la seigneurie de Chambly et se jette dans le bassin de Chambly.Le nom de cette rivière, à l’origine, aurait été “rivière Moral”.  Par déformation  le nom serait passé de rivière Moral à rivière Montréal, puis à Petite rivière de Montréal. Il est aujourd’hui disparu de la toponymie.

Le toponyme Moral provient du beau-père des enfants Hertel de la première génération. Quentin Moral, sieur de Saint-Quentin ( -1686) avait épousé Marie Marguerie, la veuve de Jacques Hertel ( -1651). Son fils, le seigneur François Hertel (1642-1722) aurait conservé le nom de son beau-père, Moral, pour nommer l’actuelle rivière L’Acadie. . Ce nom s’est transmis oralement, puis s’est déformé en Moralles, puis en Montréal.

En effet, quatre-vingt ans plus tard, en 1792, le curé Mennard écrivait au registre : Marc Pinet, jeune homme de Maska qui s’est noyé dans la rivière des Morales… (Sépulture, 2 mai 1792; aussi 10 avril 1792). En 1806, le curé Jean-Baptiste Bédard employait aussi le mot rivière des Moralles : Il faudrait descendre environ d’une lieue plus bas et placer l’église sur la rivière des Moralles. (Archives du diocèse de Saint-Jean de Québec, Doc. 1A- 18. Lettre du curé de Chambly, Jean-Baptiste Bédard, à Monseigneur, le 5 septembre 1806).  Le même curé trace un plan de la paroisse St-Joseph et des deux fiefs seigneuriaux. On y lit sur le schéma : Petite rivière des Morales, pour désigner le cours d’eau.

En 1834, un journal régional utilisait encore ce patronyme déformé : Michel Fraser, étudiant en théologie au collège de Chambly, noyé la veille est inhumé âgé de 21 ans le 9 juillet 1834  S’est aussi noyé M. Kelly étudiant en théologie, avant-hier, dans l’après-midi en se promenant en canot dans la petite rivière Morale. Deux de leurs confrères qui l’accompagnaient ne se sont échappés qu’avec la plus grande peine. Leurs corps ont été immédiatement retrouvés et ont dû être inhumés hier (L’Écho du Pays, 10 juillet 1834. Registre de St-Joseph-de-Chambly, 9 juillet 1834).

En 1964, suite à une requête provenant de la Société d’histoire de la Vallée-du-Richelieu, auprès de la Commission de Toponymie du Québec, le nom Petite rivière de Montréal disparaissait. Le cours d’eau s’appellera désormais rivière L’Acadie.

Photographie: Archives de la Société d’histoire, fonds Jean Lapierre, no 189. La photographie, non datée, est prise près du pont menant au chemin de Chambly. Elle met en perspective la résidence à toit mansardé de la famille Larocque, qui existe encore en 2018. La maison à l’arrière-plan n’existe plus. On y voit la glace et le niveau d’eau élevé de la rivière L’Acadie.